AccueilDemande de devisEvaluer le prix des travauxExemples de devisAnnuaire du bâtimentConseils de pros

Conseils travaux >> Isolants minces

Résumé de l'article ci-dessous : un isolant mince est en fait un thermoréflecteur. Isolation des combles, limitation du chauffage solaire sous un apentis ... son utilisation est cependant restreinte en matière d'habitat.

Auteur : Christophe GACOUGNOLLE, société ETTIP, 17160 MATHA
téléphone : 0546246443

Publié le : 13/03/2008

Isolants minces


Avant toutes choses, vous devez considérer le terme comme faux. Les "isolants minces" sont des thermoréflecteurs : ils retardent les pertes calorifiques et évitent les transmissions par radiations. Ex : vous construisez un toit ou appentis devant la piscine pour faire un espace abrité. L'isolant mince sous la tuile permettra d'éviter que les tuiles deviennent un radiateur lorsque le soleil de midi les aura chauffées. Ne comptez pas trop sur l'isolant mince pour isoler votre sol, mur et toit du reste de la maison. Sachez aussi que dans un diagnostique de performance énergétique, il compte pour du beurre. Néanmoins si vous vous trouvez dans un cas de figure ou vous avez de gros courants d'air venant de la toiture par exemple, sachez que l'isolant mince sera une alternative économique (le produit par lui même est peu onéreux et la pose est rapide) qui réduira votre consommation énergétique car le courant d'air sera considérablement réduit. Par contre, si vous réalisez de gros travaux nécessitant pas mal de main d'oeuvre, orientez vous plutôt vers des isolants épais comme les panneaux de toitures.

Il existe différentes marques d'isolant mince. Le plus souvent ce sont des couches de film d' aluminium qui assurent la réflexion entrecroisées de laines synthétiques qui limitent le transfert thermique. La pose se fait soit en intérieur au plafond ou contre un mur (laisser toujours un espace d'air ventilé) soit en extérieur contre un mur ou sous les tuiles entre les chevrons et les liteaux.

Le niveau d'isolation corresponds à l'épaisseur d'isolant posé exprimée en mètres divisés par un facteur d'isolation appelé Lambda. Dans le cas d'un isolant mince il faudrait que le lambda soit extrêmement faible pour obtenir un résultat de résistance thermique correcte. Pour un toit ou plafond il faut viser une résistance thermique de 5 m² K°/W au moins. Pour les maisons à faible besoin énergétique on recommande 8 m² K°/W. La résistance thermique est calculé à partir de l'épaisseur d'isolant posé exprimé en mètre, divisé par un facteur d'isolation appelé Lambda du matériaux, exprimé en W/m K° (Watt / mètres par degré Kelvin) Si vous réalisez l'opération inverse lambda / épaisseur = U vous obtenez une conductivité thermique

Ex : mousse polyuréthanne lambda 0,025 W/m K° ou 25 W/mm K° épaisseur : 120 mm Résistance thermique = 120mm / 25 W/mm K° = 0,12m / 0,025 W/m K° = 4,8 m² K°/W Conductivité thermique U = 25 W/mm K° / 120mm = 0,025 W/m K° / 0,12m = 0,208 W/m² K°

Pour donner une idée voici les différentes épaisseurs de matériaux sec à 23°C pour la même résistance thermique R = 1,8 m²K°/W

  • Système multiplaques sous vide = 20 mm
  • Mousse polyuréthane = 40 à 50 mm
  • Polystyrène = 65 mm
  • Laine de verre laine de roche = 80 mm (à la pose : produit qui se tasse)
  • Fibres de bois = 160 mm
  • Bois brut = de 400 à 800 mm
  • Pierre ou béton = plusieurs mètres
  • Fonte = plus de 10 mètres
  • Aluminium = plus de 40 mètres
  • Cuivre = plus de 75 mètres ....

C'est pour cette raison que le film aluminium est un réflecteur de chaleur et pas un isolant. Il ne peut donc servir que pour réfléchir les rayonnement solaires.